PHOTOS



Séance de Clôture



Remise du Prix Lumière
à Clint Eastwood



Les invités


 
Soirée d'Ouverture 



Le Village Festival


Expo Jerry Schatzberg


VIDEOS



A bout portant de Don Siegel



Pale Rider
de Clint Eastwood


Sur la route de Madison

de Clint Eastwood



Le Bon, la brute et le truand

de Sergio Leone


Il était une fois dans l'Ouest

de Sergio Leone


Il était une fois en Amérique
de Sergio Leone


Tous les films sont présentés en version originale sous-titrée

Emotion Picture

 

 Mickey Rooney (Baby Face Nelson) et Leo Gordon (Dillinger) dans L'Ennemi public de Don Siegel, 1957 © DR / Coll Christophe L De Public Enemies à L’Ennemi public


Dans sa critique dithyrambique du dernier film de Michael Mann, Public enemies, Jean-Luc Douin sur le site du Monde rappelle la longue mythologie des Dillinger au cinéma. « Criminel spécial », à qui l’on attribue qu’un seul meurtre, John Dillinger était un dandy gangster un rien frimeur à qui, toujours selon Jean-Luc Douin, Johnny Depp apporte une touche moderne, en lui conférant « le look d’un pirate impatient de se mettre au vert, aux Caraïbes ». On ne sait s’il s’agit vraiment d’un compliment.

Mais le critique du Monde en profite pour faire l’inventaire des nombreuses incarnations de John Dillinger à l’écran : avant toute autre, celle de Humphrey Bogart dans La Grande évasion de Raoul Walsh (High Sierra, 1941), où Ida Lupino suppléait notre Marion Cotillard nationale dans le rôle de la dulcinée. Mais aussi les Dillinger moins connus de Lawrence Tierney dans le film éponyme de Max Nossek en 1945, ou celui incarné par Warren Oates dans le Dillinger de John Milius en 1973. Last but not least, il cite aussi le Dillinger plus « paternel » de Leo Gordon dans L’Ennemi public (Baby Face Nelson) de Don Siegel en 1957. Contrairement à la licence romanesque que s’autorise Michael Mann en faisant mourir Baby Face Nelson avant Dillinger dans Public Enemies, Siegel avait respecté les faits historiques, et préféré relayer Dillinger au second plan, bientôt refroidi, pour consacrer son thriller à son successeur : ce « dingue de la gâchette » qu’était Baby Face Nelson.

Lire l'article

Humphrey Bogart et Ida Lupino dans La Grande évasion de Raoul Walsh, 1941
Humphrey Bogart et Ida Lupino dans La Grande évasion de Raoul Walsh (High Sierra, 1941), inspirée de l'histoire de John Dillinger © DR / Coll Institut Lumière

10/07/09

 

Retour

GROS PLAN SUR LES FILMS



 > La séance du jour

EN SAVOIR PLUS



 > Lire la suite

RÉTROSPECTIVES

IL ÉTAIT UNE FOIS
SERGIO LEON
E



 > Lire la suite

INVITÉ D'HONNEUR :
CLINT EASTWOOD



 > Lire la suite

DON SIEGEL



 > Lire la suite

SHIN SANG-OK,
L'EMPEREUR DE CORÉE



 > Lire la suite

EDDIE MULLER :
THE ART OF NOIR



 > Lire la suite

SUBLIMES MOMENTS
DU MUET



 > Lire la suite

RETROUVÉS, RESTAURÉS, À NOUVEAU SUR GRAND ÉCRAN  !



 > Lire la suite

RENDEZ-VOUS



 > Lire la suite

ACTUS

  Emotion Picture

 > La suite


  Forum

 > La suite


  Rois du dvd

  > La suite


  Ils nous font rire

  > La suite

 

SÉANCES SCOLAIRES



 > Lire la suite

À PROPOS DU FESTIVAL


 
> Lire la suite